Comme vous l’aurez déjà remarqué, la majorité de nos luminaires sont de forme ronde ou arrondie. Sans vouloir faire de la philosophie de comptoir, la ligne courbe est à la nature ce que la ligne rectiligne est à l’homme… Il n’existe pas dans la nature, de ligne parfaitement droite. Même la ligne de l’horizon ne l’est pas vraiment. C’est sans doute pour cette raison, que les constructions, les volumes et tout design aux formes rectilignes et droites nous semblent appartenir à la culture des hommes.

C’est aussi ce que m’inspire cette petite série de lampes design, aux arrêtes vives et aux lignes droites. Le design est relativement épuré : une base cubique ou rectangulaire, surmonté d’un abat jour de même forme ou presque. Il y a un esprit quasi architectural qui se dégage de ces luminaires.

Dernière conçue de cette série de quatre lampes design, elle sort clairement du lot en terme de dimension. Sa base est plus large et plus haute, et surtout, elle se distingue par une abat jour d’une hauteur inhabituelle. 

Chaque face de la base est composée de quatre lames. Chacunes découpées dans la même pièce de massif de Frêne Olivier. Et si vous regardez avec attention, vous remarquerez peut être qu’il y a un ordre précis dans la composition de cette lampe qui reprend l’ordre de découpe. Ainsi, contrairement à ce que peut laisser penser le premier coup d’oeil, non seulement chaque lame est différente, mais elle se suivent sur tout le tour de la base. Le Frêne Olivier est une essence de bois remarquable. Autant par sa couleur aux tons passant du sable au caramel que par ses dessins marqués et tranchants. Ce type de découpe que nous appelons dans le jargon des ébénistes « bois de bout », m’a semblé idéale pour cette lampe, rendant son assemblage très graphique et contemporain.

Les dimensions de la base de ce lampadaire design, la rend un peu disproportionnée pour la disposer sur une table. Mais une fois posée au sol, elle devient parfaite pour se muer en lampadaire. Elle s’intégrera ainsi facilement dans un espace moderne.