A 45 ans , j’ai abordé une seconde vie professionnelle. Une vie nouvelle, enthousiasmante, excitante et passionnante comme je ne l’ai jamais vécue auparavant.

Pendant de longues années j’ai arpenté en costume cravate les couloirs de bâtiments de verres parisiens, de réunions en réunions. Je gesticulais faussement concerné en écoutant mes supérieurs définir des objectifs, et en donnant à mon tour des directives que j’espérais les moins absurdes possibles à mes équipes.

J’ai joué ce rôle que l’on attendait de moi pendant de longues années. Mais à travailler sans envie ni passion, la vie professionnelle devient une lutte, avec soi-même, avec les autres. Il est arrivé un moment où l’évidence s’est imposée à moi : je n’avais plus l’énergie pour continuer à faire semblant. Je voulais enfin faire un travail qui me plaise, tout simplement.

Redonner du sens à mon travail, retrouver l’envie et l’enthousiasme de se lever le matin pour aller travailler, voila ce qui a motivé mon changement radical de vie professionnelle.

Aujourd’hui, je ressens une joie véritable quand le matin j’ouvre les portes de mon atelier. La journée commence ! Une journée où ma tête imagine de nouveaux projets et où mes mains vont tenter de les façonner. L’excitation de la création, le plaisir et la satisfaction d’avoir « fait » quelque chose à la fin de la journée sont des émotions positives puissantes et réellement enrichissantes.

Oser écouter ma petite voix intérieure, est probablement la meilleure chose qui me soit arrivé… écouterez vous la votre ?

Sébastien Dubreuil